ronsard, satyrique, ebook, pdf, livre
ronsard, satyrique, ebook, pdf, livre
gohin, francais, langue, livre, ebook, gratuit

Proposer des livres... voire des ebooks, c'est le fondement même d'un éditeur. Proposer des œuvres gratuitement c'est un humanisme anti-économique revendiqué. L'argent ne se mange pas, inutile d'empiler les biftons, quoiqu'en pense un certain ministrion en marche. Par contre la culture peut être une nourriture accessible à tous... un bien commun que l'on peut partager.
Ici et aujourd'hui, une petite particularité... l'éditeur est aussi un descendant direct de l'auteur (arrière petit-fils). Ferdinand était un humaniste, à ce que j'en sais, qui avant la seconde conflagration mondiale, donnait gratuitement des cours de français à de petits immigrés. Ferdinand, petit-fils de sabotier, fut professeur agrégé de l'université, professeur à Janson de Sailly, prix de l'Académie française et à son époque, l'un des plus renommé spécialiste de La Fontaine, dont je publierai certainement l'un de ses ouvrages... un jour.
Voici en guise d'apéritif, le début de la préface.

Préface
(extrait)

Ce qu'on se propose dans ce travail sur la langue française pendant la seconde moitié du dix-huitième siècle, c'est de rechercher ce qu'il y a de nouveau à la fois dans le vocabulaire usuel et dans le vocabulaire littéraire. Des mots et des expressions ont été créés, d'autres ont été empruntés aux langues spéciales ou étrangères.
Il y a plus : dans la fermentation générale des intelligences, les principes essentiels de la langue classique sont eux-mêmes remis en question. Bon nombre d'écrivains, et non des moindres, les renient, ou tout au moins se contentent de ne pas les appliquer. La langue de Vaugelas ou de Racine leur apparaît comme décidément insuffisante : une doctrine nouvelle s'annonce, et déjà même se formule.
Cette période de l'histoire de la langue a son caractère propre. On lui assigne pour limites la troisième et la cinquième édition du Dictionnaire de l'Académie ; car cette dernière édition, publiée en 1798, fut en fait achevée, ou à peu près, dès 1789 ; pousser notre étude jusqu'à la fin du siècle, c'était compliquer notre tâche, et compromettre l'unité du sujet. Les dates de 1740 et de 1789 ne sont pas simplement des points de repère : avant 1740 les affectations de la préciosité, après 1789 les événements politiques font sentir leur influence sur la langue : entre ces deux dates, le mouvement néologique se rattache nettement au mouvement philosophique.

Ferdinand Gohin
(1867-1944)