argot, ebook, pdf, livre
argot, ebook, pdf, livre
argot, ebook, pdf, livre, gratuit

Et hop, encore un ebook gratuit ! J'édite déjà plus de cinquante titre, et j'en sors au minimum un nouveau tous les mois (quelques fois quatre). Et je n'ai pas le temps de tout rééditer en format papier, d'autant que ma librairie n'est pas extensible à l'infini, aussi c'est pour cela que je vous propose quelques titres que je n'imprimerai pas, ou certainement pas. L'universelle bibliothèque foisonne de chef-d'œuvres à découvrir... c'est un bien commun que l'on peut partager. Lire c'est se libérer de l'asservissement culturel asséné, sans contrainte, sur le “petit écran” avec le monceau de pub qui va avec. Alors éteignez l'horrible lucarne et profitez du temps qui passe, installez-vous mollement, prenez un livre, d'où qu'il vienne, quelqu'il soit.
Bon, ceci dit, rien ne vous empêche de vous faire un cadeau parmi les titres proposés par Denis éditions !... moi j'dis ça, j'dis rien.
En guise d'apéro à l'ebook de ce jour, voici un extrait de l'introduction :

Introduction

« Il n'y a personne, disait Nodier, qui ne sente qu'il y a cent fois plus d'esprit dans l'argot lui-même que dans l'algèbre... et que l'argot doit cet avantage à la propriété de figurer l'expression et d'imaginer le langage. Avec l'algèbre, on ne fera jamais que des calculs ; avec l'argot, tout ignoble qu'il soit dans sa source, on referait un peuple et une société. » — « L'argot, dit-il ailleurs, est généralement composé avec esprit, parce qu'il a été composé pour une grande nécessité, par une classe d'hommes qui n'en manquent pas, » etc. — « L'argot de la populace, qui a été fait par des voleurs, étincelle d'imagination et d'esprit » [...] Quelque mal famé que fût ce langage populaire, dont nous avons essayé de donner une idée en quelques mots, il n'était pas si dédaigné que Catherine de Médicis, entre autres, ne se piquât de le parler en perfection,
et que Montaigne ne le préfèrât à un langage plus raffiné. Des hommes pour qui notre langue n'avait ni secrets ni rigueurs, Rabelais, la Fontaine, Molière, eurent le courage de fouiller dans ce que les beaux esprits de leur temps appelaient du fumier, et surent y trouver des perles qui n'attendaient que d'habiles artistes pour briller du plus vif éclat.

Francisque Michel
(1809-1887)