satire,macron,brigitte,président,théâtre

Durant 4 jours mon compte principal sur facebook a été “suspendu”, certainement grâce à la dénonciation auprès de la censure Zuckerbergienne, censure privée et capitaliste. C'est ce qui est nouveau à notre époque, ce ne sont plus les états, donc les parlements, donc les citoyens qui peuvent décider des lois (et donc de la censure) mais bien les entreprises à but lucratif et sous organisation capitalistique. Elles volent aux citoyens le droit de choisir.
Donc voilà, pour remercier les petits Goebbels qui m'ont dénoncés, un acte supplémentaire à découvrir... la totalité de la pièce sera disponible en version papier le 1er septembre !

ACTE DIXIEME

Manu Bobo — Jacques Cegala — Bruno Lamère — Édouard Fifi

Décor : Salle du conseil des ministres. Une grande table, quelques chaises, le tout dans un style le plus bourgeois possible. Les personnages sont tous attablés. Bruno Lamère est en train de jouer avec son Smartphone et Édouard Fifi semble chercher sa signature (il y a déjà quelques feuilles en boule à côté de lui).


JACQUES CEGALA
— Mon idée de loterie nationale pour désigner celui qui touchera le salaire de la semaine n’a pas l’air de vous plaire, ô grand Maître de la Bananière.

MANU BOBO
— C’est ce mot de “salaire”.

JACQUES CEGALA
— C’est le salaire qui vous fait peur ?

MANU BOBO
— Oui c’est le salaire j’ai peur.

JACQUES CEGALA
— Et pourquoi cette peur ?

MANU BOBO
— Je sais pas, c’est le scénariste qui essaye de placer un jeu de mot cinématographique depuis cinq minutes.

JACQUES CEGALA
— Ah, oui. Mais appelons cela autrement alors... (il réfléchit) “Cadeau” ?

MANU BOBO
— Je sais pas, ça fait trop gentil, on va pas me croire. Et vous Bruno Lamère, ministre du fric et des coffres-forts, qu’en pensez-vous ?

BRUNO LAMERE
il s’arrête de jouer, comme un enfant prit sur le fait
— Oh moi, pas souvent !

MANU BOBO
— Je vous demande ce que vous en pensez !

BRUNO LAMERE
— Ah pardon, j’avais cru que... eh bien venant de vous je n’en pense que du bien.
MANU BOBO
— Et vous Édouard Fifi ?

ÉDOUARD FIFI
il interrompt son activité nonchalamment
— Faire un cadeau c’est déjà beaucoup. Je penserai plutôt à : “Faire la monnaie”.

MANU BOBO
— Très bonne idée ça ! Le tirage de la semaine s’appellera donc : “Faites la monnaie”.

JACQUES CEGALA
— J’aime beaucoup cette idée, on se croirait chez le boulanger au coin de la rue ! Mais il faudrait une chance au grattage aussi, le peuple aime ça... gratter.

MANU BOBO
— C’est vrai ça, je me suis toujours demandé pourquoi le peuple aimait le grattage.

BRUNO LAMERE
— Une vieille habitude atavique... le peuple, pauvre par essence et sans but, dans les temps antiques, ne se lavait pas, il était sale et donc... le peuple se grattait depuis des millénaires. L’habitude ayant été inscrit dans les gènes de sa mémoire. Il continue de gratter.

MANU BOBO
— Ça me trou l’cul !

JACQUES CEGALA
— Quand on y pense, ça fait froid dans le dos.

ÉDOUARD FIFI
— Quoi donc ?

JACQUES CEGALA
— Qu’on aurait pu naître dans le peuple.

ÉDOUARD FIFI, BRUNO LAMERE et MANU BOBO
d’abord interloqués et comme hypnotisés par cette dernière phrase, ils éclatent de rire
— Ah quel con ! Tu nous à foutu les j’tons tout d’un coup.

MANU BOBO
— Donc nous sommes d’accord : désormais les activants auront une activité où ils pourront faire la monnaie. Avec une chance supplémentaire au grattage.

JACQUES CEGALA
— Ça va pas !

MANU BOBO
— Ben quoi qui va pas ?

JACQUES CEGALA
— “Chance”, ça fait trop... comme avant : égalité des chances, et tout et tout.

MANU BOBO
— Ah oui c’est vrai, ça sonne vieux.

JACQUES CEGALA
— Une “possibilité” !

MANU BOBO — Quelle possibilité ?

JACQUES CEGALA
— D’avoir la chance... enfin non, au lieu de dire : “Vous avez de la chance”, on dit : “Vous avez une possibilité”, ça fait genre même que c’est pas sûr.

MANU BOBO
— Ah j’aime bien ce langage de vérité : “les activants auront une activité où ils pourront faire la monnaie et une possibilité supplémentaire au grattage”.

ÉDOUARD FIFI
— Si on pensait aux choses sérieuses maintenant ?

MANU BOBO
— Édouard, donner un nouveau sens à la vie, c’est sérieux !

ÉDOUARD FIFI — Et l’empire, c’est pour quand ?

MANU BOBO
— Ah zurtre, c’est vrai j’avais oublié. Nous verrons cela après mon rendez-vous avec l’autre.

JACQUES CEGALA
— Quel autre ? ô insondable divinité de l’avenir.

MANU BOBO
— Jean Mesrine Lapine !

Le rideau tombe d’un coup


FIN DU DIXIEME ACTE

-Denis-