Gazette n°154
lundi 22 février 2021
sponsorisée par le destin ou pas le destin
L’ENCHAÎNEMENT

Chez Hugo on retrouve assez souvent cette idée de “destin”, qu’il soit dû aux actions d’un personnage, ou alors... dû au hasard des évènements qui s’enchaînent, comme dans “Claude Gueux”.
Et c’est bien de hasard qu’il est question ici...
5h12, l’homme se lève mécaniquement de son lit, il découvre son corps nu de dessous la couette, alors celle-ci se retrouve dans l’axe de la cheminée où brûle encore le bois dans l’âtre.
5h14, l’homme s’est habillé, il replie la couette quand une braise est projetée hors du foyer et vient atterrir juste à l’endroit où le doux tissu était étalé. Il n’a rien vu.
5h18, l’homme, pieds nus, va prendre ses chaussons... le sol est froid. Son pied se pose à quelques centimètres de la braise encore fumante. Il fait un écart, perd l’équilibre, et manque de s’écraser sur la grande télévision face à son lit. Il se retient à une étagère de sa bibliothèque... elle tangue un peu, commence à vaciller. Elle se remet en bonne position... verticale. Un livre est tombé sur la braise et commence à fumer dangereusement, déjà quelques flammèches se font voir. L’homme l’écrase avec son pied toujours nu.
— Aïe ! Putain merde !
Il se recule sous le coup de la douleur et sa tête manque de peu le coin à angle droit de sa bibliothèque. Il oublie de se chausser.
L’homme prend enfin la braise avec la pelle à poussière et la remet d’où elle s’était extirpée.
Il prend la cafetière, appuie sur la pédale de la poubelle pour y jeter le filtre à café de la veille sans faire attention à l’eau qui s’était déposée sur le couvercle le soir précédent. L’eau est projetée sur la prise multiple où est branchée sa machine à café. Quelques étincelles éclatent. C’est à ce moment qu’il s’aperçoit qu’il est toujours pieds nus et marchant dans une petite flaque d’eau. [...]

Partager