Gazette n°172
lundi 5 avril 2021
sponsorisée par la vie ordinaire
ANTHROPOMORPHISME

L’anthropomorphisme c’est de donner aux animaux le caractère et les usages des humains, un peu comme dans “Le roman du renard”.
Saynète de la vie ordinaire :
Gisèle est une belle petite chèvre de dix-sept ans. Elle s’est préparée pour aller à son premier bal.
— Gisêêêêle ! appelle sa mère.
— Ouîîîiîiîiî ?
— As-tûûûûûû bien rangêêêê ta chambre ?
Gisèle fronce ses beaux sourcils, l’air un peu agacée.
— Mêêêêê oui !
— Et il arrîîîîîîîve quand ton amîîîîî ?
— Il ne devrêêêêêê pas tardêêêê.
À ce moment une voiture arrive en trombe, c’est un modèle coupé sport... une Ford Capri toute rouge. Elle pile juste aux pieds de Gisèle.
Elle a l’air si heureuse, elle bat des cils et se tortille devant l’engin de son amoureux.
La portière s’ouvre, c’est le beau et grand Jean-Chrysostome.
— Alors poulette, on y va ?
— Oh ouîîîîîîîî, fait-elle, aux anges.
Elle monte dans la voiture. Et l’auto démarre instantanément, faisant demi-tour sur les chapeaux de roues.
Sa mère, un peu inquiète tout de même, interroge son doux mari :
— Es-tûûûûû sûûûûr qu’elle ne coure aucun dangêêêêêê ?
— Que veux-tûûûûû qu’il lui arrîîîîîve, Jean-Chrysostome est bon gars, mêêêêêême pour un loup !

Épinac, le 31 mars 2021

Partager