Gazette n°332
vendredi 13 mai 2022
sponsorisée par l’exclusion

On connaît l’ouvrage célèbre dans la littérature : “Le roman du renard”[1], qui anthropomorphise l’animal pour lui donner des caractéristiques négatives. La fable est un moyen politique et social, et La Fontaine en usa bien.
Voici une fable.

LA REINE BRUNE ET LES FOURMIS ROUGES

C’était une belle fourmilière, avec tellement de fourmis différentes, des grosses, des grandes, des lentes, des rapides, des noires, des rouges, des brunes. Elles vivaient en harmonie.
Un jour, il y eut un gros orage, un très gros orage. Des milliers de fourmis furent noyées, des grosses, des grandes, des lentes, des rapides, des noires, des rouges, des brunes.
Alors la tristesse s’abattit sur la communauté. On commençait à en accuser certaines d’être responsables de la ruine. Les rapides contre les lentes, les grosses contre les grandes, les rouges contre les brunes.
Il fallait reconstruire. Une jeune fourmi brune cherchant le pouvoir prônait l’exclusion des fourmis qui ne produisaient pas assez. Les fourmis rouges étaient désignées à la vindicte.
La jeune fourmi brune les accusait d’être inutiles, feignantes, profiteuses, et même d’être de la mauvaise couleur. Elle leur trouvait tous les défauts possibles afin de les exclurent de la communauté.
Les fourmis rouges, de nature plus chétive, plus douce, plus spirituelle, n’avaient pas d’occupations lourdes ou de responsabilités dans la grande collectivité des fourmis.
Montrées du doigt, elles essayèrent de s’organiser pour vivre entres-elles, mais même comme ça, le reste de la communauté, les fourmis noires et les fourmis brunes, n’acceptaient plus leur présence.
Les fourmis, en charge de l’information, colportèrent les bruits les plus farfelus, les idées simples et bien reçues. D’autant que les problèmes n’allaient pas en s’arran- geant.
La jeune fourmi brune, exaltée par l’accueil de ses idées, demandait à être sacrée reine sur le champ. Il lui fallait qu’on lui donne le pouvoir. Car elle croyait détenir la vraie vérité.
La vieille reine, indécise et ne sachant plus que faire proposa un référendum sur le maintient des fourmis rouges dans la fourmilière des grosses, grandes, lentes, rapides, noires et brunes.
Mais la jeune fourmi brune finit par renverser la vieille reine honnie et monta sur le trône de la fourmilière. Sa première décision fut de bannir les fourmis rouges de la société.
La mort dans l’âme, sous les huées et les cris de haine, les fourmis rouges quittèrent la fourmilière, laissant là leur histoire, leurs maisons, leurs amis et tout ce qu’elles avaient connu.
Alors la nouvelle reine voulut fêter sa victoire sur celles qu’elle accusait de tout. Elle commanda qu’il y eût des banquets, de la joie, des danses et de la musique. Mais il n’y eut pas de musique, car...

...seules les fourmis rouges étaient musicales.

Épinac, le 13 mai 2022

1- Ici dans une version “modernisée” en 1909 par Jeanne Leroy-Allais. Réédité par Fly.

Partager