Gazette n°395
mercredi 5 octobre 2022
sponsorisée par une proposition

“Le Prince”, ouvrage célèbre destiné à ceux qui veulent faire de la politique... paraît-il.
Mais c’est quoi un “Prince” ? Et si cette engeance n’était qu’un conte ?

LE BAISER

J’étais en train de préparer l’édition d’un texte célèbre d’Olympe de Gouges, lorsqu’une Rolls s’est arrêtée juste devant mon café-librairie.
Un mec, très bizarrement habillé comme le mec cuir du groupe Village People : bottes en cuir noir éclatantes, un chaps[1] de toute beauté lui faisant ressortir ses fesses glabres et rebondies, une sorte de gilet, en cuir aussi, ouvert sur son poitrail musclé, un collier de chien clouté au cou et une casquette en cuir avec une tête de mort bâillonnée.
Un mec à faire sensation dans ce bled paumé !
Il ouvre la portière, et un grand dadais, d’au moins un mètre quatre-vingt-dix en sort. Lui est habillé façon hawaïenne : sandales de moine en cuir brun, pagne en batik aux couleurs vives, serré par une ceinture épaisse en cuir avec une boucle en argent représentant une paire de fesses, une chemise hawaïenne fleurie, ouverte sur un torse glabre et fin, de sa tête altière au crâne rasé, un regard fixe et pourtant bienveillant lui donne un air agréable.
Il se dirige vers mon huis, le chauffeur à deux pas derrière lui.
J’ouvre.
— Bonjour, dis-je courtoisement, vous désirez ?
— Toi ! me répond-il assez sèchement, en me souriant comme le ferait un tigre devant une gazelle.
Je suis plutôt surpris de cette réponse, mais je ne me démonte pas, l’homme est suffisamment attirant pour ne pas écarter d’emblée cette demande... qui a tout de même besoin de précisions.
Durant le temps de ma réflexion, il est déjà entré et négligemment assis sur l’un de mes fauteuils, les jambes écartées dans un manspreading fier et sûr.
— C’est-à-dire ? je demande poliment.
— J’ai vu et apprécié ton annonce sur le site “monculsurlacommode.com” et je veux t’épouser.
Là je tombe des nues.
— M... ma... mais, mais... comme ça ? On se connaît pas du tout.
— J’ai fait faire une enquête sur toi, et je souhaite t’épouser pour être ma reine sur le trône d’Yblisl.
J’ai besoin de m’asseoir pour réfléchir un peu... certes l’homme paraît être sain d’esprit et plutôt attrayant... faut être honnête, mais sa proposition maritale est un tantinet abrupte.
— Mais ? J’aime ma petite maison et mon activité d’éditeur.
— Je te ferais construire la réplique de ta maison, ma chérie.
Je me devais d’être clair et d’énoncer le point qui me tarabustait.
— C’est-à-dire, même si cette proposition est alléchante, je ne suis pas très attiré vers la monarchie, monsieur.
— Prince ! coupa le chauffeur, pointant un doigt docte.
— Ah ?... pardon... oui, donc... “Prince”, voilà le dilemme.
— Ce n’est pas grave, nous ferons comme le souhaite ma reine.
J’étais tiraillé par mes objections. Mais aussi, pour une fois que quelqu’un me proposait ce que je voulais de tout mon cœur, qui plus est par un “Prince”... il fallait que je pèse le pour et le contre.
Enfin, je me décidais, et me mettant à genoux devant lui, ayant bien pris soin de relever ma jupe rouge pour ne pas la laisser trop traîner par terre, et lui prenant les mains dans les miennes, je voulus l’embrasser.
À peine avais-je commencé à jouer de ma langue avec la sienne, que...
Le Prince se transforma en... crapaud ! Et le chauffeur en grenouille verte.
C’est bien ma veine ! Un Prince vient me demander en mariage... j’accepte, malgré mes réticences philosophiques... et vlan ! À l’inverse des contes pour enfants... je me retrouve avec deux batraciens !
C’est zut quand même !

Épinac, le 5 octobre 2022

1- Vêtement en cuir porté à l’origine par les cow-boys pour protéger leurs jambes à cheval, ou par les motards à moto pour protéger leurs jambes. Pantalon adopté par les gays depuis les années 70.

Partager