Gazette n°396
vendredi 7 octobre 2022
sponsorisée par l’erreur politique

Élisée Reclus a écrit “L’anarchie”, un petit ouvrage tellement bien écrit sur le sujet qu’il en devient emblématique de la “philosophie” anarchiste.
Mais y a-t-il qu’une seule anarchie ?

L’ANARCHIE QUELQUEFOIS

Préambule :
Ceci est une fiction amusée. J’étais en effet tombé un jour, dans un groupe anarchiste sur facebook, sur le post d’un quidam qui se disait anarchiste et royaliste. Bien entendu, l’anarchie ne peut reconnaître aucun pouvoir, ne serait-ce royal, car ce serait alors tout simplement antinomique.
l’auteur
— Bon, messieurs... j’entends bien qu’en tant qu’anarchoroyalistes, nous soyons un peu stigmatisés par les masses populaires depuis notre dernière participation, en janvier dernier, au souvenir de l’exécution du roi Louis XVI, odieusement raccourci à cause de fausses allégations.
— Camarade-Conte Dufessier ?
— Oui camarade-Chevalier Duguenou ?
— Si vous me permettez cette interjection soudaine et subite sans préavis, j’aimerai justement savoir où en sont nos rapports avec le groupe anarchovéganféministe qui nous avait taxé, je cite : « D’erreur contre nature » ?
— Vous avez raison, camarade, je me suis adressé à leur présidente... pardon, leur représentante momentanée pour lui demander réparation en champ clos.
— Et ?
— Les camarades-Baron de la Motte et Vicomte des Gluantes, nos témoins, se sont présentés à leur “Maison solidaire” comme elles disent.
— Et ?
— Un instant je vous prie, camarade- Chevalier Duguenou, j’y viens !... Ils sont revenus nus avec du goudron et des plumes !
L’assemblée réagit vigoureusement.
— Seigneur dieu ! s’indigne le camarade-Prieur de la Sainte Cloche.
— Jésus Marie Joseph ! fait, choqué, le camarade-Chevalier des Cuisseaux.
— Morbleu ! s’offusque le camarade-Duc du Folmembre.
— Ben merde alors !
— Camarade-Écuyer du Mol, je vous prierai de châtier votre langage ! Nous ne sommes pas chez les socialistes ici !
— Quelle rétorsion allons-nous appliquer cher Camarade-Conte Dufessier ?
— C’est l’objet de notre réunion de ce jourd’hui, cher ami... pardon... camarade.
— Je vote pour une protestation officielle auprès de monseigneur le régent, propose le camarade-Prince de Mécoquilles.
— Je vous remercie camarade-Prince de Mécoquilles, mais je vous rappelle, qu’en tant qu’anarchistes, nous ne pouvons reconnaître cet énergumène.
— Veuillez bien m’excuser, mon adhésion est récente.
— Nous le savons, et votre passage chez les sociaux traîtres troskomonarchistes ne nous est pas inconnu, mais chez nous, les anarchoroyalistes, nous sommes pour la réhabilitation.
L’assemblée acquiesce respectueusement en congratulant avec force civilités le nouvel adhérent.
— Alors, qu’est que donc on fait alors ? s’inquiète le camarade-Écuyer du Mol.
— Je propose le mépris !
— Excellent ! s’écrie l’assemblée.
— Ah ! Grand dieu ! Que c’est beau l’anarchie ! conclut le camarade-Prince de Mécoquilles.

Épinac, le 7 octobre 2022

Partager