Partager

« Une fois, sur le minuit lugubre, pendant que je méditais, faible et fatigué, sur maint précieux et curieux volume d’une doctrine oubliée, pendant que je donnais de la tête, presque assoupi, soudain il se fit un tapotement, comme de quelqu’un frappant doucement, frappant à la porte de ma chambre. « C’est quelque visiteur, — murmurai-je,
— qui frappe à la porte de ma chambre ; ce n’est que cela, et rien de plus. »

Ah ! distinctement je me souviens que c’était dans le glacial décembre, et chaque tison brodait à son tour le plancher du reflet de son agonie. Ardemment je désirais le matin ; en vain m’étais-je efforcé de tirer de mes livres un sursis à ma tristesse, ma tristesse pour ma Lénore perdue, pour la précieuse et rayonnante fille que les anges nomment Lénore,
— et qu’ici on ne nommera jamais plus.

[...]

Once upon a midnight dreary, while I pondered, weak and weary, over many a quaint and curious volume of forgotten lore — While I nodded, nearly napping, suddenly there came a tapping, as of some one gently rapping, rapping at my chamber door. “’Tis some visitor,” I muttered, “tapping at my chamber door
— Only this and nothing more.”

Ah, distinctly I remember it was in the bleak december : and each separate dying ember wrought its ghost upon the floor. Eagerly I wished the morrow ; — vainly I had sought to borrow from my books surcease of sorrow — sorrow for the lost Lenore — for the rare and radiant maiden whom the angels name Lenore
— Nameless here for evermore. [...]