Partager

Chapitre I
ENFANCE ET JEUNESSE
ROLIN AVOCAT

L’histoire ne présente guère de période plus troublée, plus dramatique que le quinzième siècle, avec son cortège de tragiques surprises, de violences et de crimes, parfois aussi de hauts faits, de nobles et grandes actions. Et dans la période que remplit la vie de Rolin (1380-1461), quels revirements ! C’est d’abord la France retombée, après le règne réparateur de Charles V, dans les désastres de la guerre de Cent Ans ; sur le trône un roi fou, un gouvernement avili, Jean sans Peur meurtrier de son cousin d’Orléans, assassiné à son tour ; Paris ensanglanté par les Armagnacs et les Bourguignons ; Azincourt et l’invasion anglaise, le roi d’Angleterre sacré roi de France à Notre-Dame de Paris ; c’est presque la fin de la France.
Et puis voici le réveil ; Jeanne d’Arc, Orléans délivré, la série des victoires, le sacre de Reims, la patrie française presque reconstituée ; voici enfin le duc Philippe de Bourgogne, plus puissant que le roi de France, arbitre entre les deux nations divisées par la lutte centenaire, hésitant longtemps avant de sacrifier ses vengeances filiales et de se souvenir qu’il était fils de France, vendant enfin chèrement à Arras son adhésion définitive à l’alliance française et à la paix.
Tel est le cadre d’un drame dans lequel toutes les passions humaines se sont le plus violemment exaltées, où les haines politiques, les crimes et les bassesses de l’ambition ont mis en relief le contraste des actes les plus héroïques du patriotisme et de l’esprit religieux. [...]