Gazette n°187 lundi 10 mai 2021 sponsorisée par la commémoration LA CANDIDATURE En ce moment nous commémorons les cent cinquante ans de “La Commune”[1], et aujourd’hui les quarante ans de l’élection de François Mitterrand... et s’il y a un univers entre les deux, on est bien obligé, même si on ne le partage peut-être pas, de reconnaître que ces deux évènements ont été une bouffée d’espoir pour toute une “classe sociale”[2]. Et si... Nous sommes le 3 septembre 1870. — Mon chéri... l’empereur Napoléon III vient d’être capturé par les Prussiens. — C’est le moment alors. L’homme, plus très jeune, ayant connu moult vicissitudes depuis la révolution de 1830, il y a déjà plus de quarante ans, se met à son bureau. Il allume les bougies de son bureau, sort son encrier et prend la plume. — Que vas-tu écrire ? Un article ? — Oui, pour Le siècle. — La proximité avec Chaudey[3] ne risque pas de déranger ta carrière ? — Aucunement, c’est un républicain dans l’âme, et même si cela me vaut quelques ennuis, j’en tirerai toujours un bénéfice politique. — Je te reconnais bien là mon chéri. Il regarde avec tendresse sa tendre et chère épouse Danielle, puis se remet à son écriture. ...une heure plus tard... — Tiens mon amour, je vais te lire le texte de mon article : “En France, depuis aujourd’hui, ce 3 septembre 1870, il n’y a plus d’État et ce qui en tient lieu ne dispose même pas des apparences du pouvoir. Tous les Français savent que le gouvernement actuel est incapable de résoudre la crise qu’il a provoquée et qu’il en est réduit à agiter la menace du désordre dont il est le vrai responsable pour tenter de se maintenir en place”... — C’est assez violent, interrompt Danielle, un peu anxieuse. — Oui je sais, mais le meilleur est à la fin. Si tu veux bien, je te le lis tout de suite ? — Fais, fais, mon chéri. Il reprend cette lecture, par la conclusion de son article. “Et qui sera le prochain chef de l’État ? Souverainement et librement, le suffrage universel devrait le dire, comme il y a vingt ans. Mais d’ores et déjà, pour votre information, je vous annonce, parce que le terme pouvant être précipité et parce que c’est le même combat, je suis candidat. Telles sont, chers lecteurs, les conditions qui me paraissent nécessaires pour que les Français, ayant repris en main leurs propres affaires, après avoir dit non à l’Émpire, soient enfin dotés d’un État capable de reprendre rang dans l’Europe qu’il faut construire, d’épanouir nos libertés et surtout, surtout de rétablir à l’intérieur la concorde et la paix.” — Et tu signes bien sûr ? — Oh que oui !... je signe : François Mitterrand.[4] Épinac, le 10 mai 2021 1- C’est aussi le nom de l’ouvrage de Louise Michel, paru chez Denis éditions. 2- Terme des XIXe et XXe siècle tombé en désuétude dès le début de l’ère informatique. 3- Gustave Chaudey était le rédacteur en chef du quotidien républicain “Le siècle”, il a été l’un des exécuteurs testamentaires de Proudhon et membre de l’Internationale. C’était un journaliste très impliqué dans l’opposition à Napoléon III. 4- Les plus de vingt ans (voire plus) auront sans doute reconnus le texte de la conférence de presse de François Mitterrand, le 28 mai 1968.

Partager