Gazette n°201
vendredi 11 juin 2021
sponsorisée par un mot
UN MOT

1830, 1848, 1871, le XIXe siècle aura connu trois évènements révolutionnaires majeurs et bien des mouvements sociaux. Chacun se soldant par la “défaite” de leurs protagonistes. C’est ce qui est raconté par Benoît Malon dans “La troisième défaite du prolétariat”, suite à l’écrasement dans le sang de La Commune de Paris.
Il y a une autre défaite... c’est celle du langage. En effet, si l’on dit toujours le mot de “Communards”, c’est faire fi du cœur du poète, car l’heureux Jean-Baptiste Clément les appelait : Les Communeux[1]... Poème :

N’est-ce pas joli : “Communeux” ?
Et pourtant on fait rimer connard :
Pour moi langage de charognard.
L’on oublie qu’ils furent joyeux !

Je ne dis plus “Communards”,
Car je les vois tous heureux,
Ceux qui dans leur populeux
Firent trembler les veinards.

Épinac, le 11 juin 2021

1- Et Benoît Malon : “Les Communiers”.

Partager