Gazette n°204
vendredi 18 juin 2021
sponsorisée par le fromage de chèvre
GISÈLE, LE RETOUR

Pour faire frémir, rien ne vaut “Une histoire de loup-garou”. Mais pourquoi ce serait toujours un loup ?
J’avais déjà raconté cette navrante histoire avec Gisèle, la chèvre-garou de mon voisin dans une Gazette précédente[1].
Cet animal sanguinaire fut décapité par Sanson Bruant après qu’elle avait fui dans la forêt, vers le prieuré du Val Saint Benoît.
Tout le monde croyait cette engeance du mal disparue à jamais... non !

LE RETOUR DE LA VENGEANCE
DE GISÈLE

C’était dimanche dernier, j’allais enfin m’endormir après avoir regardé un film d’épouvante pour me détendre, un classique de Romero : “La nuit des morts-vivants”, lorsque...
J’entendis un cri effroyable qui perça la nuit et mes oreilles par la même occasion.
Je m’habillai en proie à une terreur indicible. Ce cri je le reconnaissais, c’était celui de... Gisèle ! La chèvre-garou, le monstre sanguinaire à qui on prête l’égorgement de plus de cent douze personnes depuis... 1812 ![2]
J’allais descendre, sortant de ma chambre, lorsque j’entendis un fracas indescriptible que je ne décrirai pas... Je suis descendu avec précaution.
Gisèle venait de défoncer la porte de ma maison avec ses cornes. La chèvre avait des yeux jaunes injectés de sang, elle fronçait les sourcils d’un air sardonique. Une plaie sanguinolente couvrait une partie de sa tête, du sang s’en échappait à flot continu. J’étais pétrifié d’horreur devant cette hideuse apparition.
C’est à ce moment-là que je l’entendis pour la première fois ! Oui ! Gisèle était douée aussi de la parole et ses accents me faisaient froid dans le dos.
— “On ne va pas en faire un fromage de cette chèvre”... tu trouves ça drôle ?
Son regard meurtrier était comme une lame voulant transpercer mon corps. Elle venait de citer la conclusion de la Gazette du jeudi 6 août dernier à laquelle je faisais référence au début de cette Gazette[3].
— Tu vas crever, mauvais calembouriste ! me dit-elle avec un sourire carnassier.
C’est à ce moment-là que mon voisin apparut derrière elle avec son Magnum 42 modifié 745[4].
Il lui explosa la tête.
— En tout cas avec cette bouillie, ça sera pas du fromage de tête, conclut-il.

Épinac, le 18 juin 2021

1- Gazette n°62 du jeudi 6 août 2020 (tome 1, page 135 et 136 de “Gazette”, Denis éditions éd., Épinac 2020)
2- “Gisèle, la bête qui n’est pas du Gévaudan” de Jean-Chrysostome Dehotesavoy (Hachier éd., Paris 2019).
3- Op. cit. page 136.
4- Il le détient illégalement, mais on dira que vous n’avez rien lu.

Partager