Gazette n°239 mercredi 8 septembre 2021 sponsorisée par les grandes phrases LE PETIT TROU “Chroniques pornographiques”, voilà un titre qui “claque” à l’esprit par ce mot de “pornographique”. C’est André Breton — qui quelquefois a oublié d’être un parfait imbécile hétéroflic misohomo[1] — qui disait que : “La pornographie c’est l’érotisme de l’autre” .[2] Mais selon le Larousse, la “pornographie”, c’est la “Présence de détails obscènes dans certaines œuvres littéraires ou artistiques ; publication, spectacle, photo, etc., obscènes.” Mais c’est quoi l’obscénité ? Le Larousse écrit : “Action, parole, image qui blesse la pudeur”... alors ? C’est quoi la pudeur ?... ici le Larousse enfonce des portes ouvertes. Mais le Littré est plus précis, et dans sa quatrième proposition, écrit : “Sorte de discrétion, de retenue, de modestie qui empêche de dire, d'entendre ou de faire certaines choses sans embarras.” Voilà qui est intéressant ! Et que propose le Larousse sur le mot “Embarras” ? : “Difficulté, problème”. Et quand il y a un problème... on va voir son psy... donc : — Monsieur Breton, allongez-vous, ça va ? Vous êtes bien ? — Euuuh, oui docteur. — Racontez-moi votre problème. — Quel problème ? — Avec les pédés ! ...silence. — Je ne sais que dire, j’ai comme un trou. Émile Gegner, psychanalyste lacanien, arrête le petit dessin de bite qu’il était en train d’effectuer tout en écoutant son célèbre patient. — Un trou ? André Breton, qui quelquefois n’oublie pas d’être un parfait imbécile, se reprend. — Ah mais non ! Ce n’est pas ce que vous pensez. — Et à quoi pense-je, cher Maître ?[3] — Vous le savez bien ! — Oui, je crois qu’en fait votre aversion pour ceux qu’on nomme “invertis” vient principalement que vous essayez, comme la majorité des hétérosexuels hommes, de protéger votre “petit trou” de peur qu’un de ces “invertis” ne vous l’investisse. André Breton a l’air d’être un peu secoué de cette analyse assez brutale. — Oui, sans doute... vous pensez ? — Oui, mais soyez sans crainte monsieur Breton, j’ai une bonne nouvelle. — Ah ? — Oui, votre petit trou n’a aucun intérêt particulier ! Épinac, le 8 septembre 2021 1- De “miso”, haïr en grec et de “homo”, homosexuel... plus net qu’“homophobe” dans le cas présent. NdA 2- Môssieur Breton écrivit aussi : “J'accuse les pédérastes de proposer à la tolérance humaine un déficit mental et moral qui tend à s'ériger en système et à paralyser toutes les entreprises que je respecte” (La révolution surréaliste”, n°11 du 15 mars 1928). 3- Comme la plupart des imbéciles, André Breton est un homme sensible... à la flatterie. NdA

Partager