Gazette n°241
lundi 13 septembre 2021
sponsorisée par un acte notarial
LE TESTATEUR

“Chatouillons la mort avant qu’elle ne nous fasse rire” est un ouvrage d’humour noir. Mais la mort c’est un truc sérieux !
C’est vrai quoi... j’en veux pour preuve le testament qu’écrivit Antonin Lefranc, agriculteur en retraite il y a peu de temps :
“Honolulu-les-Bains,
1er avril 2021,
Ceci est mon testament qui annule toutes dispositions antérieures.”
— Dites Docteur, et si j’a pas des positions intérieures ?
— C’est pas grave, cher monsieur... mais je ne suis pas docteur, je suis notaire[1] vous savez.
Antonin, qui n’est pas la moitié d’un idiot, réfléchit intensément.
— Ah ?
— Bien, reprenons donc l’écriture de votre testament si vous le voulez bien.
“Je soussigné, Monsieur Lefranc Antonin, né le 27 mars 1927, à Honolulu-les-Bains (Côtes du Rhône),
lègue à Madame Lefranc Antoinette, née Faribole-Dondaine-du-Preux-des-Molles le 24 décembre 1929 à Paris (Saine), mon épouse...”
— ...Devant dieu et les hommes !
— Ah, mais Monsieur Lefranc, c’est un acte civil, les commentaires religieux n’y ont pas leur place.
— Et pourquoi ?
— Parce que c’est la république !
Antonin Lefranc grommelle :
— Gnngn la gueuse...
— Reprenons s’il vous plaît. Où habite votre épouse ?
— Ben chez moi, c’t’histoire !
— Certes, certes, j’entends bien, mais quelle en est l’adresse ?
— C’est obligé ?
— Quoi ?
— De préciser la dresse. J’ai pas envie d’être embêté par des démarcheurs moi.
Le notaire, durant un instant, regarde un ange passer.
— Aucune crainte, cher Monsieur, je vous assure, ça restera secret.
— Ah ?
— Oui, je suis assermenté.
— Moi je suis contre.
— Contre quoi Monsieur ?
— La sermentation et tout et tout... le pass sanisette et tous leurs machins.
Le notaire, durant un instant, regarde une mouche voler.
— Certes, certes... continuons... l’adresse ?
“domiciliée au 3 impasse Aubergine de Potin à Honolulu-les-Bains :
La totalité de mes biens...”
— Aaaah non !
— Comment ça : « Ah non » ?
— Moi je veux bien lui léguer la ferme et la terre, mais pas mes biens.
Le notaire regarde par la fenêtre les nuages passant mollement dans le ciel.
— Mais ce sont des biens.
— Ah ? Et mes sous alors... aussi ?
— Quels sous ?
— Ah bé ça j’vais pas vous l’dire que j’ai un compte à la Suisse.
Le notaire regarde un A320 passant dans le firmament, innocemment.
— Non non je ne veux rien savoir cher Monsieur.
— De toute façon, j’vous aurais rin dit, même sous la tortue !
— Oui oui... donc nous sommes d’accord, vous lui léguez tous vos biens immobiliers et mobiliers ?
— Sauf ma boîte à outils.
— Bien, nous l’écrivons alors :
“...sauf la boîte à outils...”
— Et aussi pas ma collection de bouchons de bouteille !
— Certes, certes...
Antonin se rapproche de l’oreille de Maître Henri-Amédée.
— Y a aussi mes magazines.
Antonin fait un clin d’œil appuyé.
— Vos magazines ?
— Chhhhhht !
— Personne ne nous entend cher Monsieur, mais disons que c’est un peu délicat à coucher sur le papier.
— Coucher sur le papier ? C’est quoi ça ?
Le notaire regarde les nobles hirondelles traverser le ciel.
— Oublions cela voulez-vous ?
— Oui, ça tombe bien... de toute façon j’ai oublié où je les ai mis.
— Bien... fort bien cher Monsieur... nous pouvons conclure ?
— Oui, c’est ça : on va clure.
“Fait le 1er avril 2021 à Morteau-les-Mines en un exemplaire.
Remis à Henri-Amédée du Preux Saint Vigile, notaire à Morteau-les-Mines.
Signature du testateur :”
— Du quoi ??? J’ai déjà dit, je suis contre !
— Rassurez-vous, c’est vous qui êtes le “testateur”.
Antonin relève la tête comme si on venait de le nommer docteur honoris causa de l’Université d’Heidelberg.
— Ah ?
Une fois le document signé. Le notaire prend congé du testateur... il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte.
Et... une fois rentré chez lui, alors que madame finit de préparer la soupe du dîner :
— Poulette ! Tu as devant toi un testateur !
— Ouaih, ben tâteur ou pas, c’est l’heure du dîner !

Épinac, le 13 septembre 2021

1- Henri-Amédée du Preux Saint Vigile, notaire à Morteau-les-Mines (Côtes du Rhône).

Partager