Gazette n°243
vendredi 17 septembre 2021
sponsorisée par la tournée des Grands Ducs
DÉGUSTATION

“Voyages dans la province de Bourgogne en 1776 et 1777” est un ouvrage de l’abbé Courtépée qui raconte à sa manière l’Histoire de la Bourgogne par des visites aux prêtres des villages et villes qu’il visita.
Mais quand on pense “Bourgogne”, ce n’est pas d’Histoire que l’on pense en premier... mais de vin !
Voici donc le compte rendu d’un périple, de vigne en vigne, de vin en vin, en Saône et Pinard :
Bourre-la-Comtesse, entre le doux village de Branle-Duchef et le Mont Picrate. On y trouve un petit vin très agréable, dont Émile Louis disait : « Il a d’la jupe ». On visitera surtout la cave de monsieur Philémon de la Chaudepisse, 3 rue des Rats morts.
Champagny-sous-Lésésselle, vers Chaton-sur-Sonne. Ils produisent là-bas un vin un peu sec, mais fort sympathique. Cependant il est un peu fort, aussi on fera attention de ne pas “rouler sous-Lésésselle”. La cave de monsieur Henri Duquarnoreste, 12 rue du Chien qui pète, est à conseiller.
Culles-les-Riches, dans le canton de Givré, propose un nectar de première. Dans la région on a l’habitude de boire ce vin en début d’année. En effet il est meilleur au nouvel an Culles-les-Riches. La propriété de monsieur Jean (qui porte le même nom que le village), 67 rue du Dépuceleur reste une bonne adresse.
La Chapelle-de-Braguette, au sud-ouest de Chaton-sur-Sonne, on peut y trouver un vin liquoreux à souhait. D’ailleurs, alors que César se reposait sous un chêne entre deux glands[1], il aimait déjà à en boire un verre.
Saint-Bonnet-de-Bains, vers Tour-d’Anus, produit un délicieux vin aux reflets assez exceptionnels. Pour la petite histoire, c’est de ce village que l’habitude de mettre un bonnet de bains dans une piscine est venue. C’était à l’époque de la visite de Johnny Weissmuller lors du tournage de “Tarzan contre les Romains”[2] dont une partie du tournage eut lieu dans ce village alors peu connu. On notera que monsieur Kévin Lapoufiasse, 41 rue de la Chèvre en bas résille, élève des cuvées à ne pas oublier.
Susse-L’Évêque, au sud sud-est de Tour d’Anus, on fait un vin joyeux et léger que l’on conseille de ne pas boire trop jeune. Monseigneur Dupanloup (1802-1878) cite d’ailleurs le vin de ce village dans son ouvrage “Entretiens sur la prédication populaire”[3] : “La journée fut longue et dure à Susse-L’Évêque, mais heureusement il y eut le réconfort du petit vin que l’on élève ici [...]”. Monsieur Albert-Thierry Sussmépreux, 10 rue de la Belle du Curé, vous servira le meilleur.
Il reste bien des villages en Saône et Pinard pour vous offrir à boire, à vous de les découvrir.

Épinac, le 17 septembre 2021
1- On appelle ainsi les gardes du corps romains lorsque César était sous un chêne “Glandus est manere subquercus”. Le nom est resté pour désigner les fruits du chêne. (page 42 du “Petit précis de l’Histoire mystérieuse de la langue de vaux” Albert Moudujnou, Bordel éd., Paris 1865).
2- Malheureusement, toutes les copies du film ont disparues, sans qu’on puisse expliquer pourquoi, dans l’incendie du Hindenburg en mai 1937.
3- Charles Douniol éd., Paris 1866.

Partager