Gazette n°252
vendredi 8 octobre 2021
sponsorisée par la jouissance de groupe
LE SABBAT JOUISSIF

Un ami, un copain à moi a écrit un ouvrage de recueil de ses poésies : “Promenades aux Parques”.
Et si nous en profitions pour nous en effet nous promener... au parc !
Il s’y passe de ces choses quelquefois...
Des choses que la morale réprouve et que la libido enivre.
Parc Urbain Labita[1],
Épinac, 21 juin 2021, 4h50
— Julien ?
— Oui mon amour ?
— C’est bien ici que l’on doit retrouver les copains pour le Sabbat ?
— Absolument Lucien chéri.
Les deux hommes sont nus, et ils se sont assis dans l’herbe fraiche du parc. Ils s’apprêtent à fêter le Sabbat mineur de Litha[2] avec quelques autres adeptes[3].
— Viens te réchauffer contre moi mon Juju.
Julien, qui bande déjà comme un âne se colle dans le dos de son amant.
— On va pas commencer sans eux, quand même Lulu ?
— Non j’avais juste envie de la sentir contre mes fesses... en attendant.
Il se retourne et embrasse tendrement les lèvres de Julien.
Pris par ce moment intense, ce dernier n’y tient plus ; il prend la tête de son amour et la dirige vers son membre toujours tendu.
Lucien gobe l’engin, Julien s’enfonce très doucement dans sa gorge.
— Oh oui c’est bon mon cœur.
Lucien, tout à son va-et-vient, approuve aussi par des caresses qu’il prodigue aux couilles de son partenaire.
— Ben je vois ! On bande à part.
— Que veux-tu que je te dise, Marc, Quand je pense à Lucien je...
— ...le prends comme un chien, dis Lucien qui abandonne la queue de son chéri en souriant.
Marc, le nouvel arrivant est accompagné de Pierre, son petit chéri.
— Dis mon cœur.
— Oui Pierre ?
— On attend qui encore ?... parce que ça va être bientôt l’heure.
— Louis, Henri, Kevin et Patrick.
— Ah, tiens, les voilà ! dit Julien, qui, reprenant la tête de Lucien, lui fait reprendre sa succion.
Pierre et Marc se sont mis à poil, et Marc fait à Patrick ce que Lucien fait à Julien.
Quelques minutes plus tard, les quatre couples, chacun installé à un point cardinal se livre à une fellation... en couple. Puis, vers 5h30, ils se “branchent” tous : Julien dans Lucien, Lucien dans Pierre, Pierre dans Marc, Marc dans Patrick, Patrick dans Kevin, Kevin dans Louis, Louis dans Henri et enfin Henri dans Julien.
Il est 5h32, le smartphone de chacun s’illumine en musique, et chacun joui dans son chacun aux sons de “Satisfaction” dans une reprise interprétée par “Les crevettes roses”[1].

Épinac, le 8 octobre 2021

1- Magistrat épinacois (1685-1742), inventeur du fouet mécanique en usage non pas dans les cuisines, mais dans les geôles de Dijon jusqu’en 1838. C’est grâce à Fulbert Berlin, journaliste et membre de la Ligue antifouettage que l’on met fin à l’usage du fouet mécanique punitif pour le réserver à un usage culinaire, grâce au britannique E. P. Griffith, qui inventa le batteur fixé sur un récipient en 1857.
2- À 5h32 très exactement cette année-là.
3- Membres de l’Atelier non binaire des Sabbats érotiques du PINK. Le PINK est un lieu d’accueil pour les communautés LGBTQIAP+, sis à Épinac.
4- Ensemble vocal LGBTQIAP+ du PINK.

Partager