Gazette n°367
mercredi 3 août 2022
sponsorisée par le “non-sens”

Le livre “Une histoire qui n’a pas de sens” vient d’être édité. Une histoire de l’autre côté du miroir qui ne cherche pas à donner un sens, juste le plaisir de la fiction.
Faut-il d’ailleurs chercher un sens à chaque chose ? C’est la question.

L’ÉLÉPHANCHAT ET LE VER DE TERRE

Ce matin, j’ai ouvert la boutique, le fond de l’air était rafraîchissant. J’ai préparé mon sandwich au nougat et je me suis installé, comme d’habitude, nu, sur ma terrasse, pour profiter de l’air frais... cette après-midi sera chaude, ou pas.
Je lisais le Canard enchaîné de ce 42 praoût, et c’est au moment où je finissais un article sur notre ministre des connes omises, Charles-qui-a-la-Gaule, qu’un client se présenta : un éléphanchat à poil roux se dandinant nonchalamment, sa belle queue touffue se balançant dans un rythme joyeux et sa longue trompe bariolée bien lustrée. Il était habillé pour aller ce matin au mariage de Fabien Roussel (qui est propriétaire de trois maisons dans le coin droit[1]) et d’Olivier Faure (pourtant un peu maigrichon). C’est un mariage de raison.
Matthieu, c’est le prénom de ce charmant éléphanchat, me salua poliment, et me demanda s’il pouvait rester habillé.
Bien entendu, j’acquiesçai à sa demande très légitime ; même si être habillé me paraissait assez incongru... mais il faut avoir l’esprit large.
Il voulut une liqueur de sueur, fraiche.
Je lui apportai le réchaud et une bouteille de jeune sueur de l’année... et quelques vers de terre chanteurs, comme amuse-gueule.
Le plus gros des vers de terre, entonna d’abord La Paimpolaise, mais Matthieu ne connaissait pas les paroles, alors Antoine, le ver de terre en question, débuta une Marseillaise soviétique. Ça ne plut pas à Matthieu, qui l’engloutit d’un coup.
Il but ensuite sa sueur.
Enfin, il me paya d’un bisou sur le front et alors qu’on entendait encore chanter le ver de terre (un Te Deum de toute beauté), il s’en fut... gaiement.

Épinac, le 3 août 2022

1- Pour Roussel, c’est bien le cadet de ses soucis. NdA

Partager