Partager

LA RECETTE DU CAFARD AU JUS

Prenez un cafard bien gras, un de ceux qui trottent comme ça, tous les jours.
Coupez-lui les pattes... toutes les pattes, elles vous serviront pour écrire vos dernières pensées. Donc laissez-les mariner là, à côté d’un disque de Tino Rossi... c’est juste pour attendrir.
Ensuite écartez l’anus du cafard et fourrez-lui toutes vos idées noires ; les dernières factures de téléphone, voire le téléphone lui-même ; vos archives de lettres de rupture ; beaucoup trop nombreuses !
Assaisonnez avec du poivre à éternuer ; du piment du bagne de Cayenne ; du sel de la vie, enfin ce qu’il vous en reste et refermez avec un bouchon de liège... ou de Bruxelles, c’est pas très important.
Faites bouillir vos larmes dans une casserole bien rouillée et plongez-y votre cafard ainsi préparé.
Laissez cuire un peu, juste le temps que le cafard se noie. Puis laissez agir la recette durant une nuit entière.
Pour le matin, après vous être brossé les dents, pris votre douche, bu votre café ; vous avez deux solutions :
Jeter la préparation à la poubelle, de toute façon ça a un goût de chiotte ; ou alors...
... vous pendre.
Bon appétit !

20 juin 2018

MORAL

Regards vides,
Oreilles rigides,
Pensées absentes ;
Moral : descente.

Seul en face,
Que je n’y fasse :
Vain et vent ;
Mort vivant.
[...]