Partager

n°1 - lundi 25 mai 2020
Longtemps j’ai écrit de bonne heure

Longtemps j’ai écrit de bonne heure...
La première de cette “Gazette”, je voudrais la consacrer à cette première phrase d’un roman... que l’on appelle “incipit”.
Comment commencer un roman ? Quelle accroche choisir ?
Je voulais commencer un roman policier et une phrase traversa mon esprit :
“Le corps était sans vie.”
— Un peu court non ? me dis-je à haute voix.
— Oui, il manque quelque chose mon grand, me répondis-je.
n.b. : je me parle souvent à moi-même... une vieille habitude.
— Et ça alors ? : “Le corps d’Aldebert était sans vie”.
— Toujours aussi court, fis-je.
— Bon bon... voyons... tiens, voilà : “Le corps démembré était là, gisant dans une mare de sang, les tripes à l’air, un rictus déformant son visage. Aldebert était mort”.
— Graaave ! Là en y a trop.
— Tu fais chier !
Je réfléchissais un peu...
— Alors tu trouves ? me demandais-je.
— Aaaaattends !... tiens : “Aldebert avait glissé sur une peau de banane, il s’était fracassé le crâne”
— C’est un peu con. Et puis le truc de la banane, ça fait burlesque.
— Rôôôôôô, t’es jamais content.
— Ben oui, et puis ce prénom : “Aldebert”, ça te vient d’où ça ?
— Là tu m’agaces, tu sais. Qu’est-ce que je dois écrire alors ?
— Je sais pas, c’est toi l’écrivain.
Soudain, une illumination.
[...]