Partager

Le trésor de César
3 août 51 avant Jésus Christ

— Morituri te salutante, César !
Nous sommes à la veille de la bataille de Decem Natus(1) (3 août 51 avant Jésus Christ)(2). Il fait beau, le ciel est d’un bleu limpide, un petit vent frais rafraîchit l’atmosphère après la petite pluie tombée la veille. Jules César est d’une humeur joyeuse après une bonne nuit sous sa tente.
Installé au plus haut de l’oppidum surplombant la plaine, le général romain regarde l’horizon avec un sourire carnassier qu’a si bien décrit Henri- Amédée de Goscinny dans son “Précis biographique de la Guerre des Gaules”(3).
— Ouaip, essaye de faire au mieux quand même.(4)
Le tribunus prolegato(5) Antonius Pedibus avait bien l’intention de revenir, ayant à cœur de revoir la mère patrie, sa femme Christine et surtout ses vignes sur les hauteurs de l’Etna(6).
Il prit congé de son chef.
C’est ici qu’il est intéressant de se poser la question à mille sesterces : que fit César durant la bataille, fort sanglante et furieuse qui se déroulait en contrebas ?

(1) “Decem Natus” (Dix Nés), origine du nom de Dinay : Aristide Laglue “L’histoire histori- que véritable et vérifiée des Éduens de Monestadunum”, pages 846 à 876, Gallipette éd., Paris 1878.
(2) op. cit. pages 342.
(3) 37 tomes, Hachier éd., Paris 1914-1977.
(4) Traduction libre du latin, par Kévin Laglue (1895-1994), descendant d’Aristide, dans “Mes mémoires”, Talbin Michel éd., Paris 1993.
(5) Commandait l’état major lorsqu'il n'y avait pas de légat et qu’il commandait la légion.
(6) Le fameux “Lacryma Christine” bien connu des œnologues.
[...]