Partager

C’est avec trois amis de l’association Mille Traces que je suis parti 15 jours, 27 février au 13 mars 2017, en savane sou danienne occidentale, au parc transfron- talier du W. J’emmenais aussi Clément, la mascotte d’une école bourguignonne.
Ce parc protégeant la faune sauvage et ses habitats naturels, s’étend sur 3 pays de l’Afrique de l’Ouest : le Niger, le Burkina Faso et le Bénin.
Paysages de savanes entre le Sahel clairsemé, aride puis désertique, au nord, et au sud, les savanes humides, puis la forêt tropicale.
Paysages de savanes sans relief bien marqué, dont les roches sont issues de l’histoire terrestre très ancienne : les plus jeunes, 550 millions d’années et les plus vieilles… jusqu’à 2 milliards 600 millions d’années. Vous vous souvenez de l’âge de la Terre ?
Un million d’hectares pour ce parc, compris dans un complexe de parcs nationaux WAP (W, Arly, Pendjari) totalisant 5 millions d’hectares d’aires protégées, tout récemment classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Dernière précision, le nom W, lui vient du fleuve Niger qui dessine à sa limite nord-est un… W.
Le contexte est posé.

LES PREMIERS VOYAGES,
UN ENGAGEMENT MILITANT

Depuis 2004, l'association Mille Traces (basée à Rousset dans le Vercors drômois) s'est impliquée dans la sensibilisation à la diminution des populations d'éléphants d'Afrique aux cotés de Pierre Pfeffer “monsieur éléphant” (décédé en décembre 2016). [...]