L'étrange cas
du Dr jekyll...
Romans

L'anarchie
Politique

Chatouillons la mort
avant qu'elle...
Nouvelles

Ni des lèvres,
ni d'Adam
Poésie

Le monde englouti
(et dans tous ses états)
Nouvelles

Les imaginaires
tome 15
Nouvelles

Crob'art sans plouc
Arts & divers

Cendres et
Poussières
Poésie

Promenades
entre cousins
Arts & divers

Contes enchantés
Enfants

Une approche
de l’autochrome
Arts & divers

Intimit&
Adultes

L’histoire de France,
ou presque
Humour

Les imaginaires
tome 14
Nouvelles

Les 39 marches
Romans

Promenades
avec ennemis
Arts & divers

Le chien
des Baskerville
Romans

Munich 1923,
Hitler et Führer
Histoire

L’abolition de la mort
Politique

L’abolition de la mort
(supplément gratuit)
Politique

Sans foi ni loi
Poésie

La fin du monde
Romans

Les imaginaires
tome 13
nouvelles

Histoires de flotte
Nouvelles

Les imaginaires
tome 12
Nouvelles

La peste écarlate
Romans

Le monde (encore)
englouti
Nouvelles

Jupes troussées
Adultes

Le monde toujours
plus englouti
Nouvelles

J’accuse... !
ou la conscience
humaine
Politique

Les imaginaires
tome 11
Nouvelles

Promenades
à quatre
Arts & divers

À bas l’ordre,
l’ordre, l’ordre,
la loi et l’autorité
Politique

Chatouillons
la mort avant
qu’elle...
Nouvelles

À bas l’ordre,
l’ordre, l’ordre,
le procès des trente
Politique

L’art d’avoir
toujours raison
Politique

Merci
Nouvelles

Notes nouvelles
sur Edgar Poe
Biographies

Les imaginaires
tome 10
Nouvelles

Commune mesure
Poésie

Précis d'histoires
extraordinaires
Nouvelles

Action directe
Politique

À bas les chefs !
Politique

Les imaginaires
tome 9
Nouvelles

Promenades avec
mon ami romantique
Arts & divers


Imaginaire n°672
vendredi 12 juillet 2024
 
Quelquefois on fait des trucs... sans savoir
 
LE “FAUT PAS”
 
Les fougères géantes, appelées N-Eils se balancent mollement dans le léger vent venant de l’Est.
— Yukio, tu es sûr que Sélèn est là-bas ?
— Freja, l’Est est par-là, donc la capitale ! D’autant que j’ai aperçu ses tours juste avant qu’on s’écrase.
Yukio et Freja ont eu une arrivée fracassée après ce voyage spatial. Les deux ont miraculeusement survécu, sans aucune blessure. Les voilà perdus dans la grande forêt du Quiet, sans repère, sauf la boussole de Yukio, sa vieille boussole de famille.
Freja reste dubitative.
— Dis... ta boussole, elle date de quand ? Tu es sûr qu’elle fonctionne encore ?
— Bien entendu. C’est un objet de famille. Un vieux souvenir de mon arrière-grand-père. Tu veux la voir ?
Freja prend la relique dans sa fine main gantée. Elle la retourne.
— Tiens, il y a une date... mais j’arrive pas à la lire.
“Noc... mant... 3... let... 013.
— “Noces de diamant, 23 juillet 2013” !... vieux souvenir de famille.
Iels sont interrompus par le bruit de fougères que l’on casserait. Iels se figent.
— Tu as entendu, Yukio ?
— Chuuuuut (sotto voce :) Bien sûr que j’ai entendu.
Soudainement, une ombre leur passe au-dessus de la tête dans un silence étrange, surnaturel.
Freja se penche vers l’oreille de Yukio.
— Tu sais ce que c’est ça ?
— Je ne sais vraiment pas, on a implantés tellement de trucs bizarres depuis un siècle sur le sol lu...
Freja se jette sur Yukio en plongeant au sol.
— Attention Yukio !
— Meeeerde !
L’ombre qui est repassée a failli l’agripper.
— Yukio, t’as vu cette fois !
— Oui... il avait des pieds !
— ...ou “elle”, précise Freja.
— Okay, mais “il” ou “elle”, “ça” commence à m’agacer.
De longues minutes, iels restent sans bouger, les oreilles tendues à l’affût du moindre son.
— Il va faire bientôt nuit. On est plus très loin des rives de la Fruitionis ?
— Non Freja, la Fruitionis est à l’opposé de Sélèn, plus à l’Est, ici c’est la Quietilis....
Le visage de Freja s’illumine soudainement.
— C’est pas vrai ! Mais c’est là que... ?
— Oui... il y a plus de cent cinquante ans.
— Tu crois qu’il y a encore les traces de... ?
— On les a jamais retrouvées. Sans doute qu’elles ont finies par être effacées quand on a commencés les travaux.
Tout en avançant parmi les N-Eils si fines et si hautes, iels arrivent dans une sorte de clairière bordée par la forêt. Elle est tapissée d’herbe verte où traînent quelques roches.
Cet endroit forme un rond, un rond parfait.
— Ah, un endroit où s’asseoir, soupire Yukio en voyant les roches.
C’est quand il s’assied que la roche qu’il a choisie, roule. Il perd l’équilibre. Freja, heureusement, le rattrape avant que sa tête ne heurte une autre pierre, tranchante, elle.
Se relevant, il s’époussette.
— Putain de poussière, la terraformation n’a pas réglée ce problème !
Mais il s’aperçoit que Freja reste là, sans bouger, les yeux exorbités, fascinée par quelque chose au sol.
Il dirige son regard au même endroit. Et là, en face de lui, des traces que l’on n’avait pas revues depuis le 20 juillet 1969. Juste quelques traces qui ont dû échapper aux travaux de terraformation de 2036.
En pleine torpeur, Yukio et Freja sont hypnotisés par les ces empreintes de Neil Armstrong et Buzz Aldrin.
Tout d’un coup, dans un nuage de poussière, l’ombre qui les avait survolés, se pose violemment sur le sol, effaçant à jamais les dernières traces des pionniers.
Le nouvel arrivant replie ses ailes mécaniques rétractiles, retire son casque. Il a le visage heureux de l’ange protecteur.
— Vous en avez de la chance. D’abord, tout à l’heure, quand vous vous déplaciez dans les N-Eils, j’ai cru que vous étiez des Kaysings[1]. Mais heureusement je vous ai vu entrer dans ce rond. Je viens vous sauver !
Yukio et Freja totalement pétrifiés, s’écroulent par terre, pris d’un arrêt cardiaque, tandis que leur “sauveur”, l’air stupide du mec qui ne comprend rien.
— Ben quoi ?

[1] Les Kaysings sont des sortes d’esprits réputés maléfiques et que l’on ne trouve que sur la Lune. On les appelle ainsi, en mémoire de Bill Kaysing, le théoricien du non-alunissage au xxe siècle.